Sadri Fegaier est un homme puissant, mais discret. Personne ne le connaît. L’entrepreneur a bâti un empire de l'assurance à partir d'une simple boutique de téléphonie dans une galerie commerciale de Romans-sur-Isère (Drôme). Mais aujourd'hui il est la cible de milliers de consommateurs en colère qui l'accusent d'escroquerie. Ses assurances pour téléphone portable seraient-elles le prétexte pour multiplier les prélèvements sur les comptes de ses clients ? Envoyé spécial a enquêté sur ce self made man adulé par ses salariés, mais dénoncé par des associations de consommateurs.

Depuis quelques années, les consommateurs préfèrent réparer les objets qui ne fonctionnent plus, plutôt que d'en racheter. Ils sont de plus en plus à opter pour le reconditionné, alternative plus écologique aux produits. Au cœur de la polémique : Hubside Store. La chaîne de points de vente est devenue le spécialiste du multimédia neuf et reconditionné, de la réparation et du reconditionnement, entre autres de téléviseurs, tablettes, smartphones, ordinateurs et montres connectées. Déjà présente dans six pays, l’enseigne connaît, depuis sa création, une croissance fulgurante. Elle souhaite désormais continuer de se déployer à l’échelle européenne tout en devenant un acteur majeur sur le marché très porteur du multimédia reconditionné. L’offre pléthorique s’accompagne de boutiques au design léché, qui n’est pas sans rappeler le côté épuré et métallique des Apple Store du début des années 2010. 

Créée en 2020, cette filiale du groupe Indexia est valorisée à 1,1 M d’euros et compte déjà 3000 salariés. Deux ans après son lancement, le réseau compte déjà 120 boutiques. Après l'Espagne, le Portugal et la Belgique, l'enseigne a récemment exporté son concept en terre italienne. Son ambition est d’atteindre 500 boutiques d'ici à la fin de l'année 2024 en Europe avec notamment l'ouverture de nouveaux corners sur le marché allemand. Mais, l’ascension fulgurante semble avoir sa part d’ombre. L’enseigne semble jouer avec les limites du droit.

Depuis plusieurs mois, les vidéos de témoignages sont nombreuses et tournent sur les réseaux sociaux, entraînant un sursaut de la part des autres clients victimes de ce qu’ils jugent être une pratique commerciale trompeuse. La raison ? Le mode opératoire de l’enseigne, attractive pour le prix au rabais de ses téléphones reconditionnés, mais très largement critiquée pour ses assurances et ses prélèvements jugés frauduleux. Résultat : Hubside Store est désormais sous le viseur de la justice, après avoir été la cible de plusieurs centaines de plaintes.

Les clients lésés ont également contacté la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) qui s’est penchée sur l’ensemble des activités du groupe INDEXIA. Dans un communiqué, l’instance explique que « l’enquête de la DGCCRF a permis de constater des pratiques consistant à̀ faire faussement croire aux consommateurs souhaitant faire cesser des prélèvements, résilier leurs abonnements et se faire rembourser les sommes prélevées après résiliation de leur contrat que leurs demandes étaient prises en compte voire effectives. »

Pour la DGCCRF, les pratiques de Hubside sont délibérées et peuvent même être retrouvées dans les autres enseignes du groupe parmi lesquelles CYRANA, SERENA ou FORIOU. « Les sociétés mises en cause sont suspectées d’avoir mis en place ces pratiques en vue de maintenir actifs un grand nombre de contrats pour une période artificiellement prolongée par rapport aux souhaits des consommateurs. Ces pratiques, si elles étaient avérées, seraient particulièrement graves en ce qu’elles induiraient en erreur les consommateurs sur leurs droits et le traitement de leurs réclamations et les décourageraient d’obtenir la résiliation de leurs abonnements et le remboursement des sommes indûment prélevées. Sous réserve de l’appréciation de l’autorité judiciaire et des suites à y donner, elles sont susceptibles de constituer des pratiques commerciales trompeuses au sens de l’article L. 121-2 du code de la consommation. »

Peu après la diffusion du communiqué de la DGCCRF, Hubside Store a publié un communiqué dans lequel l’enseigne se dédouane, arguant que « les actions et points de contrôle mis en place ont permis de réaliser, en 2021, 500 enquêtes mystères, sur 80 magasins qui ont révélé un taux de satisfaction client atteignant 95 % ». L’entreprise est, à ce stade, présumée innocente et poursuit ses activités.