Patrick Moore est l'un des premiers présidents de l'organisation non gouvernementale Greenpeace. Il en dirigera l'antenne canadienne pendant sept ans. Il est aujourd’hui pour écologie raisonnée (sensible environmentalism), par opposition à l’écologie de l’affrontement dans laquelle Greenpeace s’est enfermée, selon lui, par pure idéologie. « Mon père était bucheron, comme je le suis aussi (…) Comme tous les gens autour de moi, nous savions qu’il fallait se servir de la nature pour survivre (…) C’est pour cela que toutes ces campagnes aujourd’hui pour cesser d’utiliser l’énergie sont stupides. Et donc, j’ai un équilibre à ce sujet, bien sûr que nous devons protéger la planète, c’est ce qui nous nourrit, mais nous devons aussi nous maintenir en vie (…) S’il n’y a plus de nourriture, nous disparaîtrons de cette vie »

En parlant de Greenpeace : « L’une de mes fonctions était de convaincre que le CO2 était un polluant. En réalité, c’est l’un des éléments nutritifs les plus importants pour garantir la vie sur terre. Par rapport à la situation d’il y a plusieurs années, c’est une bonne chose que nous ayons plus de CO2. Cela favorise l’accroissement des plantes et c’est très bien ». Pour Patrick Moore, un écologiste sensé base ses raisonnements sur la science et la logique, pas sur le sensationnalisme et la désinformation. Et il ne reste pas aveugle aux besoins en nourriture, en énergie et en ressources naturelles de 8 milliards d’hommes pour maintenir notre civilisation. Et en ce qui concerne le lien direct entre CO2 et réchauffement climatique, il affirme : « Il n'y a aucune preuve scientifique définitive que le dioxyde de carbone est responsable du léger réchauffement du climat mondial qui s'est produit au cours des 300 dernières années ».

« Mais nous sommes confrontés à une situation où un nombre énorme d’organisation et d’élites très puissantes, au niveau national et international, qui reçoivent des subventions gouvernementales à la pelle pour appeler à des politiques qui sont essentiellement un pacte de suicide. Et tous ces gens ont d’énormes intérêts en jeu. Ils vivent de cette activité et plusieurs milliards de dollars sont en jeu (…) »

La Coalition CO2, que vient d’intégrer entre autres John Clauser, prix Nobel de physique 2022 (voir notre article ci-dessous) est une des principales organisations climato-réaliste au monde. Elle a été créée en 2015 dans le but d'éduquer les leaders d'opinion, les décideurs politiques et le public sur l'importante contribution du dioxyde de carbone à nos vies et à l'économie. Elle cherche à engager une discussion informée et dépassionnée sur le changement climatique et le rôle de l'homme dans le système climatique. 

Dans ce cadre « ma mission est de changer l'idée selon laquelle le CO2 est polluant et dangereux, alors qu'il s'agit en fait de l'élément nutritif le plus important pour la vie sur terre, sans lequel la planète serait morte … Toutes les histoires alarmistes sont basées sur des choses qui sont soit invisibles, soit éloignées ou dans le futur, et de ce fait, personne ne peut les voir de ses propres yeux », assure Patrick Moore. Et de préciser : « Il n’y a pas de crise climatique. Sur le long terme, je supporte l’énergie nucléaire et le gaz naturel. L’éolien et le solaire sont des énergies non fiables et dispendieuses ».