C'est le député européen Paul Tang (Groupe de l'Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen) qui est à l'origine du projet. Le but : garantir davantage de transparence concernant le lobbying des grandes entreprises de la tech au niveau européen. Pour cela, il compte sur LobbyLeaks pour recueillir des données relatives à des pratiques opaques, comme par exemple le recours à des « associations industrielle », des cabinets de conseil tiers sans divulgations claires, ou encore à des études universitaires discrètement financées dans le but d'écrire des recherches favorables à certains projets, projets qui se révèlent bien évidemment très rentables pour les GAFAM.

Paul Tang s’attaque directement à la pratique de l'astroturfing. Celle-ci consiste, pour une entreprise ou un groupe ayant un intérêt particulier, à donner l'illusion d'un soutien populaire ou d'une légitimité scientifique afin de soutenir ses intérêts. Bien évidemment, les commanditaires du « message » sont dissimulés afin de faire croire qu'il est soutenu par une « majorité » de citoyens et/ ou des institutions « « indépendantes. 

« La manipulation par du lobbying louche est une menace non seulement pour l'élaboration des lois mais pour l'ensemble de notre démocratie. C’est pourquoi nous devons braquer les projecteurs sur tous ces loups déguisés en brebis et lutter contre les méthodes déloyales de lobbying (…) En tant que politiciens, il est de notre devoir d'équilibrer les intérêts de l'industrie, de la société civile et de la société en général », a déclaré l'eurodéputé néerlandais dans un communiqué.

Sur le site internet dédié, on peut y lire : « Nous ne tolérons pas le lobbying véreux dans les institutions européennes. Avez-vous déjà été témoin ou victime de lobbying douteux, tel que : un lobbyiste ne divulguant pas son employeur ou son client lorsqu'il vous contacte ; des messages sur les médias sociaux où il n'était pas clair que vous étiez en contact avec un lobbyiste ; des publicités ciblées en ligne sur vos médias sociaux personnels pour vous influencer ; un lobbyiste prétendant travailler pour une organisation parapluie de PME, mais travaillant en fait pour une grande entreprise technologique ? Déposez votre témoignage ».

Bien qu'il s'agisse d'une plateforme ouverte à tous, LobbyLeaks est avant tout destiné aux élus et aux employés du Parlement européen qui peuvent y soumettre les actions et contenus qu'ils jugent suspicieux et qui défendent les points de vue des GAFAM. Bien entendu, tout est crypté. Corporate Europe Observatory (CEO) et LobbyControl, qui gèrent la plateforme, se chargeront d’enquêter et de faire rapport. Gare aux amendes …. 

Plus d’infos sur : www.lobbyleaks.eu