Le sénateur Johnson a fait part de l'expérience de quatre pilotes et d'un contrôleur aérien qui ont subi des effets indésirables graves après avoir été vaccinés contre le COVID-19. « Quelles mesures la FAA a-t-elle prises ou va-t-elle prendre pour enquêter sur la question de savoir si Cody Flint, Hayley Lopez, Greg Pierson, Bob Snow, Wil Wolfe et d'autres pilotes ont subi des effets indésirables du vaccin COVID-19 ? », a demandé le sénateur.

Et de préciser : « Sur la base des données de la base de données épidémiologiques médicales de la Défense, le nombre total de maladies et de blessures chez les pilotes du système d’exploitation DoD était de 265 en 2016, 252 en 2017, 164 en 2018, 223 en 2019, 2 194 en 2020, 2.861 en 2021 et 4.059 en 2022.  Ces augmentations des maladies et des blessures chez les pilotes à travers le DoD au cours des trois dernières années, et en particulier au cours de la dernière année, soulèvent des questions quant à savoir si la FAA a connu des augmentations similaires des maladies et des blessures chez les individus dans l'industrie de l'aviation."

En réponse, la FAA a assuré au bureau du sénateur Johnson que « ces chiffres n’avaient rien à voir avec les vaccinations COVID ». Le sénateur Johnson a noté que, malgré cette assurance, « des questions subsistent ».

Même son de  cloche en Europe. Patrick, Stéphane et Laurent sont respectivement pilote et commandants de bord et Patrick, Stéphane et membres du collectif « Navigants Libres ». Ils témoignent eux aussi sur France Soir : « Durant le confinement, le secteur de l’aviation a été à l’arrêt, comme un patient en état de mort cérébrale. Il a été réanimé avec la réouverture des frontières à travers la vaccination, qui a été une solution miraculeuse pour l'aérien et l’économie en général (...) Tout le monde a suivi, comme un seul homme, cette aubaine, cette solution miracle. Malheureusement, après cette aubaine, sont venus les effets secondaires »

« J’ai été vacciné pour garder mon emploi de pilote », précise Patrick. « Six jours après, j’ai effectué un contrôle et on s’est rendu compte que j’ai un problème cardiaque. Depuis maintenant un peu plus d’un an, je ne peux plus travailler. J’ai perdu ma licence et je suis cloué chez moi en attendant de pouvoir retrouver toutes mes aptitudes pour revoler », déplore-t-il. 

Interrogé sur le lien entre le vaccin et les effets secondaires, Patrick précise que «  (…) des dossiers ont été faits pour le signaler, mais c’est resté sans suite ». « Un no man’s juridique », regrette-t-il. « Une double peine pour ces navigants, obligés de se faire vacciner pour travailler en acceptant le risque de subir des problèmes sur leur santé et une perte de travail (…) »

Pour consulter l’intégralité du courrier transmis par le sénateur américain Ron Johnson : https://www.ronjohnson.senate.gov/services/files/3E0EA6FE-617C-4C7C-AFC9-BA1EFCFB332F

Pour en savoir plus sur le collectif des Navigants Libres : 

https://navigantslibres.fr/