L'armée chinoise tire les leçons de la guerre en Ukraine, affirme l'expert chinois. Entre autres choses, la Chine prépare son arsenal nucléaire avec des missiles à longue portée. Contrairement à la guerre froide, il n'existe aucun traité de contrôle des armements entre les États-Unis et la Chine, et la transparence est faible, voire inexistante. « La situation devient de plus en plus dangereuse (…) Le risque d'incidents ne doit pas être sous-estimé », affirme-t-il.

Début février, le général Mike Minihan a annoncé que les prochaines élections à Taïwan, conjuguées au pouvoir conforté de Xi Jinping en Chine, pourraient inciter Pékin à tenter de reprendre l'île revendiquée de longue date. Il alerte, dans la foulée, sur une possible guerre entre la Chine et les États-Unis en 2025.

J. Holslag nuance. Actuellement, il ne voit aucun signe que la Chine attaquera Taïwan dans les deux ans à venir : « Pour l'instant, nous voyons peu d'exemples d'exercices militaires et de réapprovisionnement en matériel de munitions. Les deux sont nécessaires pour une invasion dans les deux ans ». Néanmoins, l'armée chinoise est en train d'augmenter ses effectifs, précise-t-il dans cet entretien. « La flotte militaire chinoise est désormais la plus importante du monde en nombre. Ce faisant, les nouveaux sous-marins chinois constituent la plus grande menace pour les Américains ».