Pendant ce temps, de l’autre côté de l’Atlantique, le lauréat du prestigieux titre de physique affirme publiquement que ce qui se dit sur le climat est faux et totalement exagéré. En rejoignant le conseil d’administration de la CO₂ Coalition, il a déclaré. « Le discours populaire sur le changement climatique reflète une dangereuse corruption de la science qui menace l’économie mondiale et le bien-être de milliards de personnes. Une science climatique erronée s’est métastasée en une pseudoscience journalistique de choc. À son tour, cette pseudoscience est devenue un bouc émissaire pour une grande variété d’autres maux sans rapport. Elle a été promue et étendue par des agents de marketing commercial, des politiciens, des journalistes, des agences gouvernementales et des écologistes tout aussi malavisés. À mon avis, il n’y a pas de véritable crise climatique ».

Copyright : John F. Clauser, lauréat du prix Nobel de physique 2022 Stockholm - 10 décembre 2022

Les lecteurs réguliers de PAN.be savent que j’ai déclaré à plusieurs reprises que — crise climatique ou pas — si nous voulons accorder un minimum de fraternité humaine aux pauvres de ce monde, nous devrons disposer d’une énergie plus abondante et bon marché, ce qui n’est possible qu’avec les combustibles fossiles et l’énergie nucléaire, les énergies tolérées par les Verts (vent et soleil) ne représentant que 3% de la consommation mondiale ou de celle de l’UE. Le prix Nobel l’a dit avec d’autres mots : « il existe un problème très réel pour assurer un niveau de vie décent à l’importante population mondiale et une crise énergétique associée. Cette dernière est inutilement exacerbée par ce qui, à mon avis, est une science climatique incorrecte. ».

Steven Koonin, un autre grand physicien américain issu de la même université et qui fut ministre délégué en charge de la science au département de l’énergie dans l’administration du président Barack Obama, nous a délivré la même vision lors de sa conférence du 20 mars 2023 aux Clubs de Pan et B29. Il est regrettable que les médias subventionnés aient réussi à faire croire, grâce aux militants écologistes, que seuls les « savants fous » s’opposent au catastrophisme climatique… 

La Coalition CO₂ compte déjà plus de 120 scientifiques et chercheurs - dont j’ai l’honneur de faire partie - représentant un large éventail de disciplines. Ses études scientifiques sur le climat démontrent clairement qu’il n’y a pas de crise climatique et que l’augmentation des concentrations de CO₂ sera bénéfique pour le monde.

John Clauser n’est pas le seul prix Nobel à dénoncer les exagérations de la théorie du changement climatique. Il a reçu ce prix, avec deux autres chercheurs, pour des travaux menés dans les années 1970 qui ont montré que « l’intrication quantique » permettait à des particules telles que les photons d’interagir à de grandes distances, ce qui semblait nécessiter une communication à une vitesse supérieure à celle de la lumière. À noter que Clauser avait critiqué le prix Nobel de physique 2021 décerné pour des travaux sur le développement de modèles informatiques prédisant le réchauffement climatique. En 2022, à son tour, il a reçu le prix Nobel et, en 2023, il a fait part au président Biden de son désaccord avec ses politiques climatiques et l’a fait savoir publiquement. 

Il est temps que, dans un esprit démocratique, les critiques de la théorie du changement climatique d’origine humaine puissent s’exprimer. Je félicite PAN.be d’avoir été le premier à le faire. Je ne doute pas que d’autres suivront, car nous en avons assez de l’exagération qui vise à nous faire vivre dans l’austérité, sournoisement appelée sobriété.