Il s’agit de la première fois dans le monde que la FDA donne son accord à un produit de viande cultivée. Upside Foods prélève des cellules vivantes sur des poulets et cultive ces cellules dans un environnement contrôlé pour fabriquer des aliments. La start-up a reçu le statut GRAS (Generally Recognized As Safe) pour son poulet cultivé. 

« Aujourd'hui, nous nous rapprochons de vos tables car Upside Foods devient la première entreprise au monde à recevoir le feu vert de l'USFDA, ce qui signifie que la FDA a évalué notre processus de production et accepte notre conclusion selon laquelle notre poulet cultivé est propre à la consommation », s’est félicité Upside Foods. Si sa consommation par l'Homme a été jugée sûre par l'autorité de santé publique, elle devra toutefois encore passer quelques tests réglementaires avant d'être distribuée sur le marché. Il faudra notamment qu’Upside Foods obtienne l’aval du Food Safety and Inspection Service du ministère américain de l’Agriculture.

Cette décision est toutefois un signe positif pour le nombre croissant de producteurs de viande cultivée en laboratoire aux États-Unis, dont Mosa Meat, Memphis Meats, Aleph Farms et Meatable. La consommation de viande devrait augmenter de 70 % d’ici 2050. Or, les scientifiques avertissent que cette tendance est l’un des principaux moteurs du changement climatique La production de viande cultivée apparaît donc comme une alternative à l'élevage traditionnel, et notamment bovin, dont l'impact colossal sur l'environnement est régulièrement pointé du doigt. Selon l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture des Nations unies (FAO), cette activité agricole est responsable de 14,5% des émissions de gaz à effet de serre émises chaque année. Pour ses défenseurs, outre son caractère durable, la viande de synthèse permettra aussi de résoudre le problème de la faim dans le monde. 

Fin 2020, Singapour est le premier pays à avoir autoriser la vente en supermarché de produits carnés cultivés. Des nuggets à base de viande de poulet fabriquée en laboratoire par la start-up californienne Eat Just sont commercialisés dans le pays. D’autres produits, comme les blancs de poulets de synthèse, se retrouvent déjà dans les supermarchés. Depuis, aucun autre Etat n'a franchi le pas.