Un contributeur Wikipédia (qui n’est pas l’auteur du billet PAN ni mandaté par PAN) ajoutait sur la fiche Wikipédia de Mme Leroy, en français et en néerlandais, un lien vers le billet critique de Pan. Dans la demi-heure qui suivait ( !),  cette référence était effacée par une certaine ‘Dominique Rombaut’. Selon LinkedIn, Dominique Rombaut est assistante de Marie-Colline Leroy. Comme nous nous étonnions du procédé quelque peu stalinien, des militants écologistes expliquaient qu’il ne s’agissait probablement pas de Dominique Rombaut, mais d’un(e) malveillant(e) se faisant passer pour l’assistante de Mme Leroy. ‘Pour nuire à ECOLO !’, bien sûr ! Ce qui est techniquement possible, et nous en avions réservé la possibilité.

Dans une interview donnée à Sudpresse ce weekend des 6 et 7 mai, la Secrétaire d’État confirme, de façon implicite mais certaine, que non seulement c’est bien son assistante qui a purgé sa page, mais qu’elle est intervenue sur son mandat ! Extrait de l’interview :

« Pan explique qu’un utilisateur de Wikipédia a ajouté cet article à la page de Marie-Colline Leroy. Une mention effacée dans la demi-heure par l’assistante parlementaire de Marie-Colline Leroy. « Je défends la liberté de la presse absolue, y compris la presse satirique. Chacune et chacun jugera de la pertinence de l’information. Tout débat de société, surtout sur des sujets aussi importants que la question des stéréotypes de genre, mérite un cadre serein et respectueux », a commenté Marie-Colline Leroy. La Secrétaire d’Etat assume ses propos de 2014. Et quand on lui demande pourquoi alors avoir fait enlever le lien vers cet article, Maire-Colline Leroy répond que « Wikipedia se définit comme une encyclopédie collaborative qui vise à offrir un contenu librement réutilisable, objectif et vérifiable que chacun et chacune peut modifier et améliorer. Le lien de la conférence ne pose aucun problème. L’article en question, par contre, contient des erreurs ».

Étrange conception du débat démocratique, selon laquelle la contestation argumentée, rationnelle et sourcée des idées d’une Secrétaire d’État est si peu tolérable qu’il faut en effacer jusqu’à l’énonce !

Je renouvelle aux intéressé.e.s mon offre de débat public sur cet intéressant sujet, qui mérite mieux que des épithètes haineuses, des purges en stoemeling et des guerres stériles d’édition sur Wikipédia.