Tout est parti d’une vidéo postée sur Twitter par Pierre Oliver, maire LR du 2ème arrondissement de Lyon, extraite d’une de leurs performances artistiques et assortie d’un message accusant la Ville de subventionner « des individus nus avec devant des enfants ». On y voit un homme nu dans un jardin, avancer à quatre pattes sur le sol et semblant manger de la terre au milieu de sextoy plantés dans l'herbe, le tout devant les regards médusés d'un public composé notamment d'enfants. S’en sont suivis des milliers de commentaires outrés qu’un tel spectacle bénéficie de subventions publiques, une pétition et un emballement médiatique.

L’éco-sexualité est une forme radicale d’activisme écologique basée sur l’idée que la Terre est notre amante. L’« éco-sexe », qui associe donc la sexualité et l’environnement, prône les rapports sexuels avec la nature et donc le respect de cette dernière dans ce lien privilégié. Le mouvement a été fondé sous l’impulsion des deux artistes féministes américaines, Elizabeth Stephens et Annie Sprinkle, deux femmes mariées depuis 2002 se définissant comme « artistes éco sexuelles amoureuses ». C’est au cours de l’année 2008 que les deux femmes ont effectué leur mariage symbolique avec la planète Terre. Depuis, elles ont eu l’occasion de célébrer de nombreux mariages avec la nature à travers le monde pour faire tomber les barrières entre la sexualité humaine et la nature.

Une liste avec « 25 façons de faire l’amour à la terre » a par ailleurs été publiée sur le site officiel du mouvement. On y retrouve des conseils tels que « dites des cochonneries aux plantes », « dansez nu pour la planète » ou encore « embrassez et léchez-la ».

L’ éco-sexe est un acte subversif hautement politique. Pour expliquer la démarche artistique, sur son site internet, le collectif décrit d’ailleurs le travail de Lucile Genin et Akène Lenoir comme « un espace de subversion des normes établies, un jardin où l'on baise avec les plantes et partage des tisanes, où l'on éveille son corps aux joies de la pratique et de la pensée éco-sexuelle ».

Prise au cœur d'un battage politico-médiatique, la mairie de Lyon va-t-elle subventionner ce spectacle ? Réponse le 29 juin prochain. En attendant, devant la polémique, le collectif Lundy Grandpré a choisi de fermer son compte Instagram pour une durée indéterminée.