L’échevin du commerce Maingain (Défi) a encore vu rétrécir sa chemise blanche et son anatomie devient de semaine en semaine plus phénoménale, une espèce de phénomène façon Hulk au ralenti, sans la couleur verte (quoique, diront certains, il suffit de regarder du côté de ses camarades écolos-groen...).

Imposant face au frêle conseiller Coomans, il traita ce dernier de « Trumpiste » pour ces allusions vaguement complotistes à la « non-transmission en direct du CC ». Partie en « -iste » elle-aussi, la présidente Temmerman (Ecolo-Groen) lança au même conseiller MR l’adjectif « platiste », sobriquet utilisé pour qualifier les malheureux qui pensent qu’au bout de la mer, ils vont tomber.  Alors qu’ils vont tout simplement se voir de dos. La science, c’est simple comme un plat de quinoa.

Le pauvre Coomans n’en demandait pas tant et insistait plutôt sur le scandale du chantier STIB et la dégradation de la situation dans le quartier Stalingrad : normal que des habitants déjà secoués par des mois de travaux, se demandent, un peu perdus, si une panne technique opportune ne pouvait être une potentielle avanie, une de plus, à ajouter à la liste de leur long calvaire. D’autant que Close a, semble-t-il, déjà anticipé la destruction totale du Palais du Midi en allant serrer des pognes voici quelques jours tout en lançant à la cantonade des « combien il te faudrait pour quitter ici », le tutoiement de bon aloi en prime. « Je suis là, camarades ! » aurait-il pu ajouter. Toujours aussi bateleur, le fils de banquier.

Entre les discussions en sections, les comités secrets, la protection du "secret des affaires" et les huis-clos, le citoyen informé sait que la majorité peut cacher à peu près ce qu’elle veut et que, sauf miracle ou mésentente, le cirque (pardon le conseil) communal est une mécanique « transparente » bien huilée. Coomans le sait aussi mais ne pose pas les bonnes questions même s’il s’approche souvent de la quintessence de ce qui fait tache.

Loin de la théorie complotiste, la vraie question à se poser aurait été en effet la suivante : comment dans un bâtiment entièrement neuf, Brucity pour ne pas le nommer, après des investissements en dizaines de millions d’argent public, est-il seulement envisageable que la retransmission du conseil communal ne puisse se dérouler sans problème ? Il paraît que les volets solaires ne descendent pas non plus jusqu'en bas : affaire à suivre.

En attendant les réponses à ces questions, Liesbet Temmerman (Ecolo-Groen) n’a toujours pas de sonnette pour rappeler les membres du conseil lors des votes. Elle a tenté cette fois une imitation vocale (ratée, faut-il le dire) et promet qu’elle va chercher un son en téléchargement.

On vous le disait, cette majorité, c’est vraiment grandeur et décadence.