Port de Pompéi, 21 octobre 79, 11 h 21 minutes avant l'éruption du Vésuve

« Maître, plus je réfléchis, plus je me dis que ce n'est pas une bonne idée de revenir à Pompéi. » « Massimus, arrête de jouer les trouble-fête ! Je ne pouvais pas renoncer. »

C'est quand même curieux..., poursuit Massimus tout en regardant la côte et le port se rapprocher. Pendant des années, tu n'as cessé de me répéter que tu ne poserais plus jamais le pied dans cette maudite ville et voilà qu'il a suffi qu'une conteuse d'avenir vienne te dire que tes enfants étaient vivants pour te faire changer d'avis, alors que ton astrologue t'avait averti que c'était folie !

Oui, mais Colinius a beaucoup vieilli. Comment veux-tu que je le croie quand il me parle d'un cataclysme imminent, pire que le grand tremblement de terre d'il y a dix-sept ans, qui a détruit Pompéi, ma villa et ma famille ? Sa vue est brouillée par la maladie.

Massimus a un petit sourire moqueur. Il connaît trop bien Marcus pour ne pas savoir que si son retour est nourri par l'espoir de retrouver ses enfants, il l'est aussi par une autre raison qu'il ne peut s'empêcher de formuler à sa manière : l'astrologue est peut-être gâteux, mais quand il t'a annoncé que Rectina était veuve, tu ne l'as pas repoussé !

Marcus reste grave. Pendant ces dix-sept années à Rome, pas un seul jour ne s'est écoulé sans qu'il pense à la belle Pompéienne, son grand amour de jeunesse qu'il devait épouser et dont il a été séparé brutalement. Pas un jour, non plus, sans qu'il voie avec précision les corps sanglants de son épouse, Marnella, son père, sa mère, une tante et quatorze esclaves affreusement mutilés dégagés des décombres de la villa familiale. Malgré les fouilles pendant plusieurs jours, on n'avait pas retrouvé ses trois enfants, Julius, âgé de six ans, malingre, maladif, et les jumeaux, Stephanus et Cellia qui, à deux ans, faisaient leurs premiers pas. Les jours suivants, il avait parcouru la ville dévastée, cherché parmi la multitude de gens égarés, de blessés qu'on ne pensait pas à secourir, sans trouver le moindre indice. Il avait fallu enterrer au plus vite les cadavres méconnaissables qu'on ne prenait plus le temps d'identifier et que personne ne réclamait. On avait creusé une fosse commune en dehors des murs, près de la porte Marine. Marcus avait dû se résigner : ses enfants étaient sûrement parmi les corps qu'on entassait sur des charrettes.

Il avait fui à Rome, mais ces images d'horreur le hantaient. N'était-il pas coupable d'avoir été absent au moment du drame ? Alors, quand la vieille voyante lui avait dit que ses enfants étaient vivants, il avait eu la faiblesse de la croire. Il avait senti l'espoir renaître en lui et compris aussi que Pompéi lui avait beaucoup manqué pendant ces dix-sept années d'exil.

« Laissons cela, Massimus. Mon refus de revenir à Pompéi, le berceau de ma famille, était une manière de me protéger du passé, de moi-même, des démons qui me hantent. » 

« Une intuition profonde me souffle pourtant que Colinius a raison », poursuit Massimus. Quelque chose de grave se prépare à Pompéi.

Marcus pose une main amicale sur l'épaule de son affranchi.

21 octobre 79. Les Pompéiens ne savent pas que le Vésuve, cette douce colline qui domine leur ville, est au bord de l'éruption. Ils ignorent ces signes étranges qui se multiplient : l'assèchement des cours d'eau, les odeurs nauséabondes et inconnues, la fuite des animaux.

Dans un compte à rebours implacable, Gilbert Bordes nous fait vivre les derniers instants de la prospère Pompéi. Au coeur de cette cité fascinante, on suit Marcus, le noble exilé de retour pour retrouver ses enfants et son amour de jeunesse, la belle Rectina ; Caelus, l'esclave affranchi qui a bâti une immense fortune ; Paoelus, l'héritier déchu séduit par les croyances nouvelles des chrétiens ; Julius, le gladiateur élevé au rang d'un dieu.

Tous vont être pris au piège. L'explosion fatale. La cité dévastée et figée à jamais par un Vésuve de feu et de sang. 

La dernière nuit de Pompéi donne vie aux nombreux corps encore ensevelis sur les pans du volcan. 

Un récit exaltant !

La dernière nuit de Pompéi – Gilbert Bordes – Éditions XO – 2023 – ISBN 9782374485065

Une image contenant texte, affiche, Couverture de livre, roman
    
    Description générée automatiquement