L’idéologie explosive prémonitoire du gilet explosif

Volontairement provocateur, M. Tawhidi donne l'exemple d'un ménage ordinaire. Il explique que les gens consomment tous les jours et que cela produit des déchets. Le ménage met ensuite ces déchets à la poubelle et ils sont collectés, ce qui pose la question du recyclage. « La société a aussi des ordures. Il y a des meurtriers et des criminels, et puis il y a une idéologie immonde où quelqu'un dit que vous êtes une femme et que vous devez couvrir tout votre corps, où quelqu'un dit que ce type est juif ou chrétien et qu’il faut s'en occuper ». Et de tacler nos gouvernements européens : « Vous êtes allés dans les pays musulmans et vous avez importé les déchets que ces pays voulaient mettre en prison ou isoler de la société. Vous les avez importés pour obtenir une main-d'œuvre bon marché. Mais ces extrémistes-là veulent l'aide sociale gratuite pour continuer à se fanatiser. Ils n’ont pas le temps de travailler. Le ministère français de l'Intérieur a expulsé plus de 800 extrémistes depuis 2017. Pourquoi les avez-vous laissés entrer, pour commencer ? Le terroriste qui adopte un gilet explosif, adopte d’abord une idéologie explosive ! »

L’islamophobie n’existe pas !

L’homme sous protection, et qui « accepte d’être tué à tout moment » pour son activisme, dézingue par ailleurs sans détours les lieux-communs « porte-causes ». « La vie m’a fait conservateur. Les membres de ma famille ont été exécutés, brûlés vivants et bannis par les gouvernements islamistes et Daech. Je milite pour un islam moderne. Je n’ai pas d’opinions antimusulmanes, mais anti-extrémistes. Je défends des frontières plus sûres et moins de mosquées radicales qui distillent des enseignements violents. Je pense que c’est rationnel plutôt qu’islamophobe. L’islamophobie n’existe pas ! Et s’il y avait de l’islamophobie, alors nous, les musulmans, serions islamophobes. Nous avons fui les pays musulmans pour venir vivre en Occident. Cela ne ressemble-t-il pas à de l’islamophobie ?». 

Défendre ses frontières

Les avertissements sont là depuis longtemps, mais le politiquement correct ne veut pas lâcher. « Le narcissisme de nos politiques les empêche de voir la réalité. Ils détruisent l'Europe et en font le champ  d’action des djihadistes sans même s'en rendre compte. Lorsque vous importez cela, que vous le laissez entrer, que vous l'amplifiez et que vous le glorifiez, vous faites votre lit et vous dormez dessus ! C'est le problème de l'Occident ». 

Comme il a défendu le décret anti-immigration de Donald Trump, Mohammad Tawhidi soutient la loi « Immigration » française. « Trump a fait des erreurs et il n’est pas un saint, mais il a raison sur les frontières et l’extrémisme islamique. Le politiquement correct ne peut pas nous faire taire tous et il ne peut pas durer éternellement. L’Occident est pourtant constitué de personnes hautement éduquées et conscientes. Est-il devenu si faible ou les extrémistes islamiques sont-ils devenus si forts ? ». Répondre à cette simple question serait sans nul doute un début d’éveil !

Nous ne pouvons déjà plus enseigner sereinement notre histoire, transmettre notre culture, célébrer nos traditions car nous ne sommes plus en sécurité, insultés, menacés, attaqués, poignardés. Ce n'est ni inclusif, ni progressiste. Nous sommes juste dans une spirale négative avilissante, qui par peur, qui par calcul électoraliste simpliste. Mais, à jouer au plus rusé, sera pris qui croyait prendre ! « Quand j’étais un extrémiste, un islamiste, un fondamentaliste, je votais uniquement à gauche. Parce que je les voyais comme très stupides. Je craignais davantage les conservateurs, car ils ont des principes. La gauche n’a ni valeurs ni principes », affirme Mohammad Tawhidi. Les islamistes votent effectivement opportunément à gauche et non par conviction politique. Cqfd, les islamo-gauchistes…