On sait aujourd’hui que l’information relative à l’attaque, issue d’une interprétation de l’analyse de Stefan Züger de Fortinet - « chaque appareil connecté à Internet est une cible potentielle - était un #fake. Il n’y a jamais eu d’attaque. Aucune armée n’a été formée.

Buzz assuré !

Entretemps, Tom’s Hardware US avait repris le sujet. Et, par conséquent, fait courir la rumeur sur le danger potentiel des ustensiles d’hygiène buccale capables d’analyser l’efficacité du brossage et, donc de prodiguer des conseils.

Restent les avertissements - à travers différents articles d’ailleurs - sur les nouvelles menaces induites pas un nombre croissant d’appareils connectés au réseau domestique. De fait, chaque appareil connecté est une cible potentielle pouvant être utilisée à mauvais escient. Pour étayer ses propos dans le Aargauer Zeitung, l’expert de Fortinet mentionne une expérimentation menée par son entreprise révélant qu’un PC « non protégé » connecté à Internet avait été envahi par des logiciels malveillants en seulement 20 minutes.

Bon, naturellement, l’expert de Fortinet prêche pour sa paroisse. C’est légitime. Un vendeur de purificateurs d’eau vous démontrera aussi que l’eau que vous consommez a besoin d’être assainie.

Finalement, je me demande si cette pseudo-attaque DDoS de 3 millions de brosses à dents connectées ne profitera pas davantage aux industriels de l’hygiène bucco-dentaire. Evoquer de pseudo de menaces, c’est aussi parler d’intelligence. En cartographiant les zones de brossage, ces ustensiles sont de précieux indicateurs d’usage qui peuvent, par exemple, nous inciter à repasser sur cette première prémolaire droite injustement négligée…

Alain de Fooz
Editeur responsable Solutions Magazine
www.soluxions-magazine.com