Les socialistes de tous les partis adhèrent à l’Agenda 2030, qui ne fait progresser ni l’industrie, ni la croissance, ni l’égalité, ni la lutte contre la pauvreté ou la faim. Cette exploitation des objectifs de l’Agenda 2030 est exactement comme le cheval de Troie qui cache des personnes qui détruiront la ville sous l’apparence d’un cadeau impressionnant et séducteur.

Le nombre d’exploitations agricoles dans l’Union européenne a considérablement diminué ces dernières années. Selon Eurostat, il devait y avoir 9,1 millions d’exploitations agricoles en 2020, soit une diminution prévue de 37%, ou environ 5,3 millions de moins qu’en 2005. Cette tendance n’a fait que s’aggraver depuis 2020.

Selon la Commission européenne elle-même, les terres agricoles de l’UE devraient diminuer de 1,1% entre 2015 et 2030, principalement du fait de la baisse des deux principaux groupes (terres agricoles et agriculture), qui devraient diminuer respectivement de 4% et de 2,6%. Cette évolution compromet notre avenir et accroît la dépendance et la pauvreté de l’Europe.

Il n’est pas acceptable que le tissu industriel soit détruit. Selon l’Agence internationale de l’énergie, les entreprises paient aujourd’hui l’électricité et le gaz naturel deux fois plus cher qu’en Chine ou aux États-Unis en raison d’une stratégie énergétique inadaptée et mise en œuvre par des activistes qui ne connaissent pas l’industrie. Et comment la bureaucratie justifie-t-elle cette situation ? « L’analyse de la répartition révèle que la croissance économique plus faible dans l’UE que dans le reste du monde a eu l’impact négatif le plus important sur la contribution de son secteur manufacturier », selon une étude publiée par la Commission européenne. Ce n’est pas tant qu’ils détruisent l’industrie. C’est juste que l’UE se développe beaucoup moins qu’avant.

Un rapport de la Table ronde européenne de l’industrie (Vision Paper 2024-2029) indique que la part de marché de l’industrie de l’Union européenne dans le monde s’est effondrée, passant de 21% en 2001 à un pitoyable 14,5%. Le document propose également des solutions positives. La part des États-Unis, qui était de 21% au cours de la même période, a diminué de manière moins significative, pour atteindre 16,5%. Les auteurs réaffirment que « les entreprises sont l’élément vital d’une économie robuste ». « Le secteur industriel de l’UE représente 16% de son PIB. Il crée des millions d’emplois indirects et 25% des emplois directs. Il est essentiel pour faire progresser l’innovation et améliorer les capacités de la main-d’œuvre, en plus de créer des revenus et des emplois. Son potentiel de promotion de la croissance et de la prospérité est énorme, si les conditions adéquates sont réunies. Ces facteurs montrent clairement que l’Europe doit accroître son attrait pour les investisseurs étrangers ». Par ailleurs, quels sont les résultats obtenus ? Les taxes, les restrictions et la bureaucratie ont augmenté, détruisant ce qu’elles prétendent protéger.

Pourquoi les gens acceptent-ils les 17 objectifs de l’Agenda 2030 qui sont redondants puisque le capitalisme de libre marché les réaliserait tous sans avoir besoin de propagande ? L’interventionnisme a dénigré le capitalisme et les marchés libres tout en se positionnant comme la réponse aux erreurs provoquées par les interventions massives. Le seul moyen d’atteindre ces objectifs est de renforcer le capitalisme et la liberté économique.

Ce n’est pas être anti-européen que de critiquer l’imposition incorrecte de cet agenda. C’est défendre l’Europe.

Il y a quelques années, nombre d’entre nous ont été qualifiés d’anti-européens parce qu’ils soutenaient l’énergie nucléaire. L’UE a récemment conclu des accords pour créer de nouveaux réacteurs en grande quantité. Lorsque nous avons critiqué le pillage fiscal et la bureaucratie imposés à l’agriculture et à l’industrie il y a quelques années, nous avons été qualifiés d’anti-européens. De nombreux gouvernements réalisent aujourd’hui à quel point ils ont commis une grave erreur. De même, critiquer l’euro numérique ne signifie pas attaquer l’euro ; il s’agit plutôt d’affirmer qu’il doit rester une réserve de valeur et conserver son pouvoir d’achat.

Être pro-européen ne signifie pas accepter toutes les politiques interventionnistes proposées par un comité de bureaucrates. Nous devons rejeter le socialisme et la planification centralisée si nous voulons protéger l’Europe. Malgré des décennies de soutien financier, l’Allemagne de l’Est peine toujours à se remettre des ravages causés par la planification centralisée.

La planification centralisée n’a jamais été couronnée de succès. Cependant, il y a toujours des personnes qui croient qu’elle est bonne car ce sont les autres qui auront à en payer le prix.

Daniel Lacalle

Source : 

https://www.epochtimes.fr/agenda-2030-le-cheval-de-troie-du-totalitarisme-2548424.html#:~:text=Cette%20exploitation%20des%20objectifs%20de,consid%C3%A9rablement%20diminu%C3%A9%20ces%20derni%C3%A8res%20ann%C3%A9es